Deux ans après une rupture à Brumadinho, les pêcheurs et les agriculteurs luttent toujours pour la réparation

Il y a deux ans, le 25 janvier 2019, la rupture du barrage de la mine de Córrego do Feijão à Brumadinho a fait plus de 270 victimes et causé une série de dommages à la nature qui se font encore sentir aujourd’hui.

Selon une enquête menée par la Fondation SOS Mata Atlântica quelques jours après la catastrophe, au moins 305 des 550 kilomètres de la rivière Paraopeba ont été contaminés par les déchets déversés. L’expédition a emprunté des routes proches du lit de la rivière, de Brumadinho à Felixlândia, et la qualité de l’eau a été évaluée en 22 points de la Paraopeba.

Les près de 12 millions de mètres cubes de résidus ont détruit des communautés et laissé une rivière polluée. En conséquence, les activités économiques telles que l’agriculture et la pêche ont été directement touchées. Sans accès à l’eau potable, des familles de 16 communautés ont commencé à être approvisionnées par la compagnie minière au moyen d’un camion-citerne, après une décision de justice.

« Nous sommes les otages de la Vale, nous vivons à la merci de cette entreprise criminelle et aujourd’hui nous ne sommes pas libres de faire quoi que ce soit. Nous devons attendre l’eau », se plaint l’agricultrice qui vit à Mário Campos.

« Aujourd’hui, sur 120.000 litres d’eau, 20.000 litres seulement arrivent. C’est dommage, nous ne pouvons même pas entretenir la ferme », proteste l’agricultrice Cláudia, qui affirme que l’objectif principal est de voir la rivière Paraopeba à nouveau propre.

La boue minière a également tué des espèces de poissons et a suscité des soupçons sur la qualité de la pêche de Paraopeba, menaçant ainsi les moyens de subsistance des communautés riveraines. Le pêcheur Sebastião da Cunha, qui vit près de Brumadinho, dit avoir déjà attrapé un curimba de 6,5 kg, mais a été surpris par les blessures de la peau de l’animal.

« J’avais l’habitude d’attraper le poisson de la rivière pour nourrir ma famille. La Vale a tout détruit. Nous ne pouvions pas nous approcher de la rivière parce que celle-ci est une charogne. Comment allons-nous nous nourrir de tels poissons ? », s’indigne le pêcheur.

Mesures d’urgence

Récemment, l’Association d’État pour la défense environnementale et sociale (Aedas) a lancé le programme « Matrice des mesures de réparation d’urgence pour les régions 1 et 2 du bassin de Paraopeba ». La région 1 concerne Brumadinho et la région 2 comprend les municipalités de Betim, Igarapé, Juatuba, Mário Campos et São Joaquim de Bicas. Le document a été préparé avec la participation de plus de sept mille habitants des villes en question et a été systématisé par le Conseil technique indépendant (CTI).

Selon le rapport produit, les revenus des résidents des six villes ont été affectés après la rupture. Parmi les personnes interrogées à Brumadinho, 54,7 % disent ne pas exercer d’activité rémunérée à ce stade. Parmi les personnes occupées, 5 % sont des agriculteurs familiaux. Il convient de noter que la municipalité de Brumadinho possède une vaste zone rurale, où une partie de la dynamique familiale de l’économie, du travail et des revenus est liée aux activités agricoles et dépend des ressources naturelles telles que l’eau et le sol.

Parmi les personnes interrogées dans la Région 2, le nombre de ceux qui n’ont pas d’activité rémunérée est encore plus élevé : 65,5 %. Dans les municipalités de Mário Campos et de São Joaquim de Bicas, dont les activités agricoles sont au cœur de l’économie, 58 % et 60 % des personnes interrogées, respectivement, ont déclaré avoir subi après la catastrophe des dommages très importants et élevés liés au travail et aux revenus.

En ce sens, des mesures prioritaires ont été considérées comme devant être adoptées d’urgence pour atténuer les dommages causés par la rupture du barrage de la mine de Córrego do Feijão, de la société minière Vale S.A. Nombre de ces mesures sont urgentes pour la survie des pêcheurs et des agriculteurs.

Il est notamment proposé de mettre en place de nouveaux points de collecte d’eau pour la consommation humaine, l’irrigation et l’alimentation des animaux et de fournir de l’eau potable en quantité et qualité suffisantes au moyen d’un camion-citerne et/ou d’eau minérale.

Qualité de l’eau

Le manque de transparence est source d’incertitude et d’insécurité concernant l’eau. Par conséquent, il est également proposé l’accès aux informations sur la qualité de l’eau de la rivière Paraopeba pour la consommation, l’agriculture, la pêche et les loisirs, en particulier pour les pêcheurs qui utilisent la rivière et consomment du poisson. La mesure vise à garantir que l’ensemble de la population concernée soit informée de manière actualisée, complète, qualifiée et indépendante des intérêts de la Vale sur les niveaux de contamination des eaux de la rivière et les risques présentés par ses différents usages.

D’autres mesures proposées en matière d’information sur la qualité de l’eau à Paraopeba étaient l’installation de panneaux dans les zones contaminées, avertissant du danger de consommer du poisson de la rivière et des aliments plantés dans le sol, la signalisation appropriée des berges des cours d’eau sur toute la longueur de la rivière, afin d’assurer la sécurité et d’alerter la population, et la surveillance de la qualité de l’eau, qu’elle soit de surface ou souterraine, assurée par Vale, entre autres formes d’approvisionnement des régions.

Il a également été proposé, comme mesure d’urgence, d’effectuer une analyse technique des conditions actuelles du sol, de l’eau (rivière Paraopeba, ruisseaux, sources, puits et citernes) et de la qualité des aliments dans les zones destinées à la production végétale et animale, afin d’informer les agriculteurs et le public consommateur sur les niveaux de contamination. Les analyses doivent suivre les directives des résolutions du CONAMA Nº 357/2005 et 420/2009 et être effectuées périodiquement par des sociétés reconnues, sans aucun lien avec la société minière Vale S/A.

En ce qui concerne l’agriculture, des mesures telles que la distribution de paniers de denrées alimentaires et de paniers verts avec des produits achetés de préférence aux producteurs locaux ; l’assistance technique rurale, indépendante de la Vale, aux producteurs, l’approvisionnement en eau potable, en semences et en pousses créoles de légumes et de plantes fruitières ; la mise à disposition de terres pour la production dans des zones non contaminées, la régularisation de l’état des eaux étant contrôlée par des associations communautaires.

Parmi les mesures correctives pour la réalisation du droit au travail figurent la relocalisation des agriculteurs dans de nouvelles zones propices à la production végétale et animale et la réinstallation des communautés, sur consentement et en garantissant aux agriculteurs l’accès aux éléments de base pour la production tels que : aliments pour animaux, fourrage, médicaments et médecins vétérinaires pour les agriculteurs de la région, stockage de l’eau pour les activités productives : utilisation pour l’irrigation, le semis, la gestion et la récolte ; utilisation pour l’élevage et la gestion de la production et des animaux domestiques.

Il est également fait mention de l’assistance technique aux familles productrices, composée d’une équipe interdisciplinaire qui fournit une assistance technique à la production, des conseils sur l’accès aux politiques publiques (PRONAF, PAA, PNAE), une aide à la régularisation foncière et un suivi participatif de la situation des familles riveraines, entre autres mesures.

Voir en ligne : Pescadores e agricultores ainda lutam por reparação dois anos após rompimento em Brumadinho

Soutenez-nous

Suivez-nous

  • Twitter
  • Facebook
  • Instagram
  • RSS