Expulsion de Quilombo Campo Grande en pleine épidémie

 | Par MST

Entre Mercredi 12 août et Vendredi 14 août, les familles du campement Quilombo Campo Grande ont résisté à l’expulsion pendant près de 60 heures.

Dès Mercredi, l’école populaire Eduardo Galeano, où les enfants, les jeunes et les adultes étaient alphabétisés, a été détruite. Le Jeudi après-midi, les maisons et les plantations ont été détruites.

Durant ces trois jours de lutte et de résistance, l’ensemble du Mouvement des Sans Terre s’est mobilisé autour de la solidarité, l’un de ses principaux piliers.

Le Mouvement des travailleurs ruraux Sans-Terre de l’État du Minas Gerais dénonce la violente expulsion menée par la police militaire, le vendredi 14, dans l’après-midi. En pleine pandémie, le gouverneur Romeo Zema a mis en danger la vie et la santé de milliers de personnes, manifestant son mépris pour la population en montrant son côté lâche et criminel.

Après 56 heures de résistance dans le campement de Quilombo Campo Grande, l’expulsion fixée pour ce mercredi 12 août s’est concrétisée par une violente attaque des familles regroupées par la police. Ce furent trois jours de tension, de violations des droits humains et de requêtes au gouverneur Romeo Zema pour que l’action de la police soit suspendue. La mobilisation de l’appareil policier a favorisé les regroupements, exposant non seulement les familles sans terre, mais aussi toute la population de la région à la propagation du Coronavirus, y compris les femmes enceintes, les personnes âgées et les autres personnes du groupe à risque.

Nous dénonçons le fait que la superficie de 26 hectares initialement incluse dans la procédure judiciaire n. 6105218 78.2015.8.13.0024, qui était déjà inoccupée, ait été élargie à 52 hectares dans la dernière ordonnance du Tribunal Agraire et que l’opération de police ait été au-delà de celle déterminée par l’injonction, détruisant la maison et les cultures de sept familles. Une fois de plus, l’État va à l’encontre des intérêts de la population et favorise l’escalade de la violence dans les campagnes. De plus, il s’attaque directement à l’éducation, l’opération ayant détruit l’école populaire Eduardo Galeano qui a permis à d’innombrables enfants, jeunes et adultes d’apprendre à lire et à écrire.

C’est la toute dernière trouvaille du gouverneur Zema pour la population du Minas Gerais. Un projet de violence et de mort plaçant les intérêts de la bourgeoisie au-dessus de tout. C’en est assez des expulsions ! Le gouverneur doit être puni pour les crimes qu’il a commis.

En dépit des violations et des pertes, il est important de souligner que dans ce processus éprouvant, l’unité de la classe ouvrière et la solidarité de la société, dans la dénonciation et la mobilisation contre le néofascisme qui prend racine dans notre pays, ont été fondamentales pour que nous puissions faire face aux réquisitions de l’État la tête haute. Ainsi, nous réaffirmons que nous resterons fermes dans la lutte pour la terre et que les 450 familles resteront sur les terres de l’ancienne usine d’Ariadnópolis, produisant une alimentation saine pour la population brésilienne. Zéro expulsion.

Direction de l’État du MST - MG

Le 14 août 2020

Voir en ligne : MST denuncia violência cometida pelo governo Zema

Soutenez-nous

Suivez-nous

  • Twitter
  • Facebook
  • Instagram
  • RSS