La ville des sans-abri

Photo extraite du site web du Syndicat national des fonctionnaires fédéraux de l’enseignement fondamental, professionnel et technologique.

L’État de Santa Catarina traverse actuellement la plus grave crise du logement de son histoire, et il devient chaque jour plus difficile d’ignorer cette situation. Même les estimations officielles, qui ont tendance à travailler avec des données sous-estimées, indiquent qu’il manque 203 000 logements (en tenant compte de l’année 2019 et des familles recevant jusqu’à 5 salaires minimums). Ces données proviennent du secrétariat d’État au développement social de Santa Catarina et font référence à ce que l’on appelle le déficit de logement, qui tient compte d’une série de critères, tels que le poids excessif du loyer dans le budget familial, la précarité des logements et le fait de « vivre de faveurs », qui témoignent du manque de dignité avec lequel vit la classe ouvrière, même si c’est elle qui produit la richesse dont on profite de manière inégale. Cependant, les données d’autres institutions pointent pour la même période un manque de plus de 260 000 logements, comme c’est le cas de l’enquête de l’ABRAINC (Association brésilienne des sociétés immobilières), dont les objectifs font évidemment référence au profit et à l’accumulation de capital.

Faisant appel à notre imagination - mais tenant compte des données dont nous disposons - nous pourrions dire que, si du jour au lendemain, nous construisions en un même lieu ces plus de 200 mille logements, pour des familles vivant dans des conditions instables ou précaires ("en déficit") et que là, dans ce nouveau complexe d’habitation, s’installaient des familles formées de deux adultes et d’un ou deux enfants, nous aurions une grande ville avec une population plus importante que dans n’importe quelle autre municipalité de l’État.

La « ville des sans-abri » serait initialement plus grande que Joinville, municipalité très peuplée de Santa Catarina. Telle est l’ampleur du problème qui, même s’il n’apparaît pas ainsi à nos yeux, est ressenti quotidiennement par des milliers de familles qui doivent se demander, chaque jour, s’il faut acheter de la nourriture ou payer le loyer !

Le déficit d’habitation est le critère le plus utilisé aujourd’hui au Brésil pour mesurer le manque de logement et sa fluctuation - à la fois dans le temps et selon des critères tels que le prix du loyer, la cohabitation, entre autres [1]. Aussi discutables que soient les objectifs de la collecte de ces données et sa méthodologie, objet de critiques (le déficit est compté pour que plus de logements soient construits, du point de vue des promoteurs) ; les chiffres, malgré tout, nous révèlent un tableau de chaos, d’absence grave de l’État, d’affront aux droits constitutionnels et humains. Imaginons donc qu’il y ait une amélioration des méthodes et des objectifs de ces enquêtes : nous aurions certainement beaucoup plus de personnes dont les conditions de vie - dont un logement décent, avec des conditions de vie familiale - seraient bien en dessous du minimum équitable.

De plus, le gouvernement de l’État de Santa Catarina, sous la gestion de Carlos Moisés du Parti républicain, veut jeter à la rue - sans offrir d’alternative de logement décent - plus de 3 000 familles, selon les données recueillies par OcupaSC et la campagne nationale "Zéro expulsion". Les mairies proches de la capitale, Florianópolis, comme dans les villes de São José, administrée par Orvino de Avilla du Parti social démocratique/PSD) et Palhoça, sous l’administration d’Eduardo Freccia du PSD également, participent à cette attaque avec encore plus de force et de haine envers les travailleurs.

Nous soulignons aussi le fait que, ces dernières années, l’État de Santa Catarina a travaillé dans le sens opposé aux intérêts de la majorité de la population : même les programmes fédéraux d’habitation, dont les ressources pouvaient être utilisées, n’ont pas été mis à disposition. En outre, il y a eu la liquidation de la Société du logement de l’État, avec une tentative de vendre aux enchères ses actifs et de vider les fonds publics destinés aux politiques de logement. Tout au plus, des programmes ont été créés sans diagnostic sérieux ni adéquation avec la réalité. Et maintenant, même dans le contexte de la pandémie et de la crise économique, ces responsables politiques insistent sur le fait que l’alternative pour « améliorer » la vie dans les villes est d’expulser les familles de travailleurs qui vivent dans les favelas, dans des occupations et d’autres installations informelles. Alors que le problème du manque de logement ne fait que s’aggraver.

Pour assurer la survie quotidienne de la population, quelques alternatives se profilent à l’horizon. Nous soulignons qu’aucune d’entre elles ne provient de ce que l’on appelle le Pouvoir Public, à savoir que l’Etat assume une position de classe manifeste, défendant les intérêts des grands propriétaires terriens, des spéculateurs et des agents immobiliers, de la bourgeoisie, bref, abandonnant le peuple. Face à la crise du logement, il est évident que seule la lutte organisée - exprimée par les Occupations - est la seule issue pour un logement décent et pour que la fonction sociale de la propriété - prévue par la Constitution - soit un minimum atteinte.

Il convient premièrement de rappeler que la fonction sociale de la propriété est un élément qui limite et subordonne la propriété privée, comme le prévoit la Constitution de 1988. En d’autres termes, même si nous sommes dans une société capitaliste, la propriété privée n’est pas absolue, elle doit remplir une fonction collective (sociale et environnementale). Deuxièmement, rappeler que cette fonction doit être de générer des emplois et des revenus, des logements, de produire des aliments ou de préserver l’environnement. Enfin, troisièmement, et non moins important, que l’État brésilien dispose de nombreux mécanismes - également énoncés dans la Constitution fédérale et développés par le Statut de la ville de 2001 - qui pourraient être utiles pour garantir l’accomplissement de la fonction sociale. Ces mécanismes vont de la perception d’impôts progressifs dans le temps comme la Taxe foncière et foncière urbaine/IPTU/ jusqu’à l’expropriation de biens inoccupés ou abandonnés dans le but de construire des logements sociaux (parfois avec paiement au propriétaire ou au spéculateur). En ce sens, l’un des slogans des mouvements de lutte pour le logement au Brésil "beaucoup de maisons sans personne, beaucoup de personnes sans maison" est une vérité incontournable pour penser au Grand Florianópolis.

Contre cette logique, et luttant pour garantir un logement décent à des milliers de familles, de plus en plus d’Occupations urbaines (territoriales et politiques) émergent et s’organisent à Santa Catarina. Les familles qui vivent dans ces espaces luttent non seulement contre le manque de logements et de politiques publiques et contre un urbanisme qui privilégie les riches et les puissants, mais cherchent également à obtenir des droits qui leur ont été historiquement refusés - comme l’accès à la santé, à l’éducation, à la sécurité, entre autres.

Les sondages actuels indiquent que nous avons environ 1000 familles vivant dans plus de 10 communautés qui se définissent comme des Occupations urbaines dans le Grand Florianópolis. Mais nous constatons que dans tout l’État, nous en avons presque le double, principalement dans les villes grandes et moyennes mais aussi dans les petites municipalités. Ce sont des territoires qui, non seulement, revendiquent l’espace contre la spéculation immobilière et ceux qui veulent la ville pour le profit, mais qui servent à atténuer la surexploitation et la spoliation que le système capitaliste impose aux hommes et aux femmes qui travaillent.

Les occupations se présentent comme un espace différencié dans la ville, produisant une autre façon d’habiter. L’Organisation (qui est son élément central), tente de remplacer les accords tacites et naturalisés par la logique capitaliste par d’autres accords, démocratiques, entre égaux et construits dans le dialogue. Pratiquement toutes les occupations s’organisent selon un modèle d’assemblées, et prennent des décisions collectives dans des espaces et des réunions dans lesquels tous les résidents ont voix au chapitre et s’engagent dans des fonctions et des activités. Les tâches quotidiennes sont également réparties entre les occupants sous différentes formes de commissions et de structures, telles que le nettoyage, la gestion de l’espace, la garde des enfants, la santé, l’alimentation, la sécurité, etc. Dans cet espace se forme un sujet collectif, le Sujet occupant, qui lutte pour le logement et pour la garantie des droits, et qui, à partir de l’Organisation politique, essaie de construire un autre type de sociabilité.

Visite des Occupations de São José à l’Occupation Carlos Marighella. Source : Instagram marighella.sc

Cette logique fait peur au « statu quo », car elle met en échec toute la structure du système capitaliste dans lequel nous vivons, basé sur l’exploitation et l’individualisme. Et, contrairement aux autres tentatives de « résolution » de la question du logement, c’est l’une des seules qui s’attaque directement à la racine du problème : la propriété privée et la transformation du logement en marchandise. Et il n’est pas difficile d’étendre ce que nous voyons dans les Occupations urbaines aux luttes dans les campagnes : les Occupations reprennent d’une certaine manière les expériences qui viennent des Assentamentos1 de la réforme agraire et des Comunas da terra2, qui au-delà de la lutte elle-même, nourrissent notre peuple, sur la base du travail collectif, observant les principes écologiques et en respectant la santé et la nature.

Images de l’attaque de l’Occupation Carlos Marighella. Les photos montrent le moment où des projectiles sont tirés sur les bâtiments et des personnes circulant avec des armes à la main. Source : Instagram marighella.sc

C’est la raison pour laquelle ils sont criminalisés et attaqués ouvertement et quotidiennement, comme nous l’avons vu récemment dans l’Occupation Carlos Marighella, à Palhoça, où des policiers, en dehors des heures de service, et des voisins de la classe moyenne ont tiré des coups de feu et des projectiles sur les occupants, cherchant à leur faire peur et à faire fuir les familles. Tout cela avec la complaisance des services de sécurité publique de l’État et l’encouragement des journalistes et des responsables politiques locaux, qui incitent à la haine et à l’atteinte aux principes les plus élémentaires de la dignité humaine. De cette manière, l’observateur attentif sait qui sont les « fauteurs de troubles » et les « envahisseurs », adjectifs utilisés pour accuser l’ennemi supposé, alors que ce sont leurs propres actions que ces mots décrivent de fait. Les récents événements survenus dans le quartier de Guarda do Cubatão, parmi d’innombrables autres, sont révélateurs de cette situation lamentable.

En même temps, dans sa gestion, l’Etat tente d’éviter à tout prix la construction de politiques publiques et la garantie de droits pour les Occupations urbaines. L’Occupation Contestado, dans le quartier de Serraria, à São José, a par exemple remporté en 2014 une victoire dans un procès de négociation pour la réalisation d’un projet de logements sur un terrain appartenant à l’Union . Les négociations, néanmoins, n’avancent pas en raison du manque évident de volonté politique de la part de la municipalité. La même chose s’est produite, plus récemment, avec l’Occupation Vale das Palmeiras, dans le même quartier, alors que le problème du logement de la classe ouvrière ne fait qu’augmenter.

Photo de la Ière rencontre des Communautés de résistance (2019) à Ocupação Contestado, à São José. Sur l’image, des résidents de l’ Ocupação Contestado et de l’ Ocupação Fabiano de Cristo. Source : Brigades populaires

Les attaques du gouvernement et son refus de négocier avec les Occupations se montrent de plus en plus révélateurs de leur nature. Dans le même temps, le soutien aux Occupations ne fait que croître : jeunes travailleurs et étudiants, enseignants, fonctionnaires et militants de tous horizons s’identifient à la lutte pour le logement. Pour de larges pans de ce que l’on appelle les classes moyennes, le logement est également un grave problème - rappelons que Florianópolis et São José figurent parmi les villes où les loyers ont le plus augmenté dans le pays.

Ainsi, nous voyons de plus en plus de « communautés » - découragées de vivre ensemble, au gré de la sociabilité individualiste - partant lutter pour des droits et pour leur propre auto-organisation : elles s’entraident, se regroupent, se reconnaissent, se protègent, découvrant dans leur condition de classe leur valeur et leur force. Si d’un côté les attaques et les expulsions tentent d’arrêter la réalité qui se déplie, les mouvements organisés se renforcent en nombre et en qualité : ils s’esquissent d’autres formes, d’autres méthodes et d’autres horizons de possibilités.

Voir en ligne : “A cidade dos Sem-Teto”

Soutenez-nous

Suivez-nous

  • Twitter
  • Facebook
  • Instagram
  • RSS