Pour des changements urgents ! En défense de la vie et de l’espoir ! Lettre du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre du Brésil (MST) au Peuple Brésilien

 | Par Mouvement Sans Terre - MST

Ancrée dans la mystique rebelle et la culture paysanne, la Coordination Nationale du MST, dans le cadre de nos 37 ans, s’est réunie à distance dans la période du 28 au 30 janvier 2021, rassemblant environ 1000 déléguées et délégués de tout le pays et avec l’objectif d’analyser la conjoncture nationale et internationale, d’approfondir l’étude de la question agraire, de lancer la Résistance Active et la construction permanente de la Réforme Agraire Populaire.

« Nous rêvons au-delà de nous-mêmes » et dédions notre expression et notre volonté de lutter en solidarité avec les proches des 222 666 personnes tuées (officiellement) dans la pandémie au Brésil. Nous comprenons que ces décès ne sont pas seulement causés par le virus, mais sont le résultat de la logique d’un monde gouverné par le néolibéralisme, où le profit est au-dessus de la vie. Et au milieu des corps qui crient en proie à l’asphyxie, quelque 2 000 milliardaires ont augmenté leur fortune à 12 billions de dollars. Seulement avec le profit des dix personnes les plus riches du monde en 2020, il serait possible d’acheter des vaccins pour l’ensemble de la population mondiale.

Mais pour les peuples, la crise du capitalisme s’est aggravée. Et elle a causé des dégâts en termes de destruction de la nature, d’emplois et de revenus, et surtout en vies humaines ! Au Brésil, ce scénario s’approfondit sous la direction du gouvernement Bolsonaro, qui a la pire gestion de la pandémie au monde. Nous sommes arrivés à un scénario où, sur les 100 millions de Brésiliens économiquement actifs, 14 millions sont au chômage, 6 millions découragés et 40 millions de personnes vivent de « bouts de chandelle ». Il y a 60 millions de brésiliennes et de brésiliens abandonnés par l’Etat, exposés à la violence et à la faim, aggravée par l’arrêt des secours d’urgence et le prix élevé de la nourriture. Retour de Aide d’urgence !!

La vaccination n’est pas garantie pour tout le monde. Et ce n’est pas seulement de l’incompétence, c’est un projet de mort de ceux qui méprisent la vie du peuple brésilien ! La situation à Manaus et dans d’autres États, sans oxygène, sans médecins ni fournitures, est un crime d’État. Nous voulons respirer ! Vaccination maintenant ! Pour tous, gratuite et garantie par le SUS (service universel de santé) ! Par conséquent, il est urgent d’abroger l’amendement constitutionnel 95, qui a imposé des coupes dans la santé publique et l’éducation.

Cependant, nous savons que ce projet de mort est contesté et le peuple brésilien a manifesté sa résistance. Il y a déjà 66 demandes de destitution déposées au Congrès. Nous exigeons que le Président de la Chambre respecte la volonté populaire et soumette la destitution au vote. Nous n’oublierons jamais les noms de toutes les autorités qui restent silencieuses ou collaborent avec l’assassin au pouvoir. Nous sommes attentifs et demandons le retour des droits politiques de Lula. Et nous ne reculerons pas face aux menaces de rupture avec la démocratie.

Le « Dehors Bolsonaro » est urgent et nécessaire ! On ne peut plus attendre ! Le tour du peuple est venu ! 2021 a apporté un nouveau climat politique mené par les forces populaires et de gauche, réunies dans le Frente Brasil Popular et Povo Sem Medo (Peuple sans Peur), démontrant qu’il est possible de combiner soins de santé et actions symboliques. Désormais, nous n’abandonnerons pas, nous retournerons dans les rues avec nos voitures, vélos, charrettes et beaucoup d’indignation. Nous continuerons à nous battre au mois de février et en mars nous serons submergés par les arômes des luttes du 8 mars.

Par conséquent, nous appelons l’ensemble de la classe travailleuse à construire les drapeaux des luttes :

  1. Le combat pour La Vaccination Maintenant ! Retour de l’Aide d’urgence ! Dehors Bolsonaro !
  2. Nous exigeons le renversement des vetos présidentiels sur les mesures d’aide aux peuples des campagnes !
  3. Nous dénonçons le retour des élèves dans les classes, c’est un crime. Les cours scolaires se rattrapent, les vies non !
  4. Défense du SUS et abrogation de l’amendement constitutionnel 95 !

En ce sens, nous nous engageons à organiser des actions « Dehors Bolsonaro » dans toutes les municipalités où nous avons des campements et des communautés rurales, en dialoguant avec les gens et en défendant la vie, en produisant des aliments sains pour atténuer les effets de la crise avec les gens, comme les 4 millions de kilos de nourriture donnée en 2020.

Nous continuerons à nous inspirer de l’exemple de Paulo Freire à l’occasion de son centenaire et nous resterons fidèles à son héritage, en produisant des aliments sains, en plantant des arbres, en dispensant des formations politiques, en organisant notre Session de Formation et de Travail de base et en contribuant à des actions de solidarité dans les périphéries urbaines avec d’autres mouvements populaires et partenaires de notre lutte.

Nous réaffirmons notre solidarité avec tous les peuples qui luttent dans le monde et qui résistent aux politiques de néocolonialisme, d’impérialisme, d’exclusion croissante et de migration forcée. Nous nous solidarisons avec les peuples des campagnes, des rivières et des forêts en lutte ! Nous nous joignons à la lutte contre le racisme, contre la LGBTphobie et contre le patriarcat partout dans le monde ! Nous offrons notre solidarité aux paysannes et aux paysans de l’Inde qui se battent depuis plusieurs semaines.

Nous continuons dans la Résistance active, dans nos territoires, face aux politiques de démantèlement de la réforme agraire et aux tentatives de privatisation des terres, contre la remise de 25% des terres de chaque commune au capital étranger, la régularisation de l’accaparement des terres et l’appropriation privée des biens naturels. Nous dénonçons les modèles de l’agro-négoce et de l’exploitation minière comme les grands responsables du déclenchement des pandémies, à cause de leur modèle de destruction des forêts et de la biodiversité et de la production animale à l’échelle industrielle. « Parce que lutter pour nous, c’est faire ce que les gens veulent voir accomplir ».

Nous continuerons à nous organiser au Brésil et au niveau international avec toutes les forces sociales et populaires qui veulent construire une société basée sur la solidarité, l’égalité et la justice sociale. Une société socialiste !

Allons au combat avec nos drapeaux !

Lutter, Construire la Réforme Agraire Populaire !

Voir en ligne : Carta do MST ao povo brasileiro

Soutenez-nous

Suivez-nous

  • Twitter
  • Facebook
  • Instagram
  • RSS