Au Brésil, le jeune autochtone Isac Tembé a été tué par la Police militaire Communiqué du peuple de Tembé-Theneteraha

 | Par COIAB

Isac Tembé avait 24 ans et était professeur d'histoire

Suite au meurtre brutal de notre jeune guerrier Isac Tembé, le cœur du peuple Tembé-Teneteraha saigne. La balle qui lui a ôté la vie, à 24 ans seulement, nous a tous touchés, nous qui habitons cette terre depuis des temps immémoriaux, défendant sans relâche la forêt et nos connaissances traditionnelles.

Le jeune Isac a été abattu par des policiers militaires dans la nuit de ce vendredi 12 février. Il était parti à la chasse après une journée de travail, passée à construire sa petite maison pour vivre avec sa famille. Nous demandons pourquoi ces agents de la sécurité publique servent de milice privée aux propriétaires terriens qui envahissent les Terres indigènes ? Pourquoi sont-ils arrivés en tirant sur nos jeunes, nos enfants, nos petits-enfants et nos neveux qui chassaient, pratique qui fait partie intégrante de la culture de notre peuple ?

La Police militaire a assassiné Isac Tembé à deux reprises : ils ont tué son corps et tentent de tuer sa mémoire en s’attaquant à ce que représente notre jeune guerrier et leader exemplaire.

Isac était un citoyen honorable, professeur d’histoire, actif dans la communauté et dans l’organisation des jeunes. Sa femme, enceinte, va bientôt donner naissance à un autre enfant Tembé, garantie de continuité de ce peuple originel. Isac n’a jamais été impliqué dans un quelconque acte illicite et n’a jamais de sa vie, porté ou tiré avec une arme à feu.

Par conséquent, nous rejetons la version mensongère de la Police militaire, qui prétend avoir réagi à une attaque par balles. Nous sommes un peuple de joie et de célébration ; un peuple pacifique, discipliné et respectueux des lois. Nous exigeons des autorités une enquête rapide, transparente et rigoureuse afin d’identifier et de punir les responsables de ce crime.

Notre territoire subit des invasions et des attaques quotidiennes de la part d’exploitants de bois illégaux ou de propriétaire terriens qui persistent à occuper certaines parties de la Terre indigène Alto Rio Guama avec du bétail et d’autres activités économiques.

Depuis des décennies, nous luttons contre cette violence et nous n’arrêterons pas tant qu’un seul mètre de nos terres sera illégalement occupé. Nous n’avons pas peur. La Constitution fédérale protège nos droits et l’État brésilien doit appliquer ce que la loi prévoit.

Nous appelons les autorités du Brésil et du monde entier à ne pas nous laisser seuls !

Nous exigeons que la FUNAI, le Ministère Public Fédéral, la Police fédérale et tous les organismes compétents viennent sur notre territoire et voient ce que nous avons vécu.

Nous exigeons une enquête sur les lieux du délit. Nous exigeons une réponse urgente car nous ne resterons pas silencieux et ne laisserons pas ce crime impuni.

Que la mémoire vivante d’Isac Tembé renforce notre chemin. Que l’esprit de nos ancêtres guide le peuple Tembé-Teneteraha dans sa lutte pour la vie.

Nous invitons la presse et les autorités, lundi 15 à 10 heures, dans le village de São Pedro, dans le Terre indigène Alto Rio Guama, à une réunion publique au cours de laquelle le peuple Tembé décidera de la voie de la lutte pour la justice.

Nous demandons que justice soit faite !

Punition des meurtriers et des commanditaires de la mort d’Isac Tembé !

Terre indigène Alto Rio Guamá, le 14 février 2021.

Voir en ligne : O jovem Isac Tembé foi executado a tiros por policiais militares na noite da última sexta-feira, 12 de fevereiro

Soutenez-nous

Suivez-nous

  • Twitter
  • Facebook
  • Instagram
  • RSS